Vivre une aventure humanitaire au Vietnam !

Lors de notre deuxième année en DUT GEA, nous devions choisir un projet à gérer en groupe. Nous avons eu la possibilité d’effectuer un projet humanitaire au Vietnam avec l’association « Les Enfants du Vietnam ». Notre objectif était d’électrifier un village près de Sa Pa : Thon Li.

 

Pour y arriver, on a mis plusieurs actions en place : vente de pommes, tombola, pièce de théâtre, marché de noël, journée de présentation de l’asso, etc. Bref, au final on a récolté un peu plus des 2000€ nécessaires !

L’association nous a proposé d’aller directement sur place pour voir concrètement comment notre action a pu aidé. Nous sommes donc partis 10 jours en février 2012 pour visiter ce village et effectuer d’autres actions telles que la mise en place de dossiers de parrainage. A la base, nous étions 6 dans le groupe mais seuls 4 d’entre nous ont pu venir. Nous avons donc partagé cette expérience avec Sandra et Vincent !

humanitaire-au-vietnam-groupe

Pour moi, ce fut le premier pays aussi loin et différent de notre culture que j’allais découvrir. J’étais un peu stressée mais à la fois impatiente d’ouvrir mon regard sur une autre région, de nouvelles habitudes et de nouveaux paysages!

A notre arrivée à Hanoi, la première impression : chaleur et brouillard, le tout rajouté à une oreille bouchée suite à l’avion qui mit une journée à se déboucher… Pas la meilleure impression, mais le meilleur arrivait !

On a pris la direction d’une première école dans la région du Thai Nguyen où les rencontres avec les enfants étaient magiques, ils étaient tous souriants, donnaient l’impression d’être heureux et étaient aussi intimidés que nous. C’était un village assez reculé et certains n’avaient jamais vu d’européens.

C’est dans ce village que j’ai réellement ressenti le choc culturel. Les femmes n’hésitent pas à toucher les cheveux blonds sans que ce soit déplacé mais simplement car elles sont intriguées. J’ai du demander à Danièle pour être sure car au début ça peut être perturbant.

humaitaire-au-vietnam-sourire

Un autre exemple qui est un peu plus triste : un monsieur est venu vers moi avec son enfant et m’a demandé si je voulais me marier avec lui pour que je puisse prendre soin de son enfant. Je lui ai expliqué que ce n’était pas possible et que les actions de l’association étaient là pour permettre à l’enfant de pouvoir aller à l’école (tout ça en symboles bien sur !). A la fin, il m’a même proposé d’adopter son fils, il l’a ensuite amené pour essayer de me convaincre…

.

C’est également dans ce village que je me suis rendue compte de l’hospitalité des vietnamiens. Une femme était avec son âne quand elle nous a vu tous les quatre. Elle est venue vers moi omnibulée par mes cheveux. Elle les a touché à plusieurs reprises. Et par des gestes, elle nous a indiqué de la suivre. Moi qui suit un peu peureuse, je ne sais pas pourquoi mais j’ai suivi sans savoir où j’allais. Nous nous sommes retrouvés tous les quatre dans sa maison avec son fils qui nous a servi le thé puis un alcool de riz. Ce fut une rencontre inoubliable, nous n’avons pas communiqué avec des mots, mais avec des regards, des gestes et c’est là où l’on se rend compte que le non verbal a vraiment de l’importance. Voici leurs visages que nous n’oublierons probablement jamais !

humanitaire-au-vietnam-famille

Après toutes ces rencontres, nous avons pu observer les enfants dans la cour de l’école danser et chanter. C’est fou mais ils donnaient l’impression d’être réellement heureux. Danièle leur a ensuite donné avec l’aide d’une soeur traductrice, un paquet à chacun contenant de la nourriture, de l’argent et d’autres objets divers…

Au passage je relance un coup de gueule contre le curé de ce village qui nous a demandé des dons pour construire son église et qui a eu l’audace après notre départ de demander aux enfants de remercier le seigneur de notre venue par le biais d’un don de ce qu’on venait de leur apporter. J’ai trouvé ça DEGUEULASSE !!

humanitaire-au-vietnam-soupe

Le soir, nous avons pris un train de nuit en direction de Sa Pa. A notre arrivée, nous avons été reçus par les curés de Sa Pa. On nous a offert une sorte de soupe pâteuse bizarre. Joris a tout mangé, alors que moi j’ai à peine manger une cuillère, j’avoue que je suis réellement difficile au niveau de la nourriture et là ça sentait les tripes et les oeufs pourris alors de bon matin, j’ai pas réussi à aller plus loin.

Après avoir trouvé un hôtel pas du tout cher, on est partis chacun en scooter avec des membres de l’association qui nous ont amenés dans un village où l’on était attendu pour le repas et où nous devions créer un dossier sur chaque enfant afin qu’un français puisse le parrainer.

humanitaire-au-vietnam-repas

Une fois encore le repas avait l’air très bon, mais j’ai préféré rester sur du riz. En plus, on ne pouvait manger qu’avec des baguettes, et quand on a jamais pratiqué, c’est très compliqué de ne pas s’énerver. Le riz, contrairement aux idées reçues est cuit de manière à ce qu’il soit pratique à manger sauf pour les derniers grains du fond de l’assiette…

Les habitants de ce village étaient une fois de plus très accueillants, les enfants avaient des visages à faire craquer le plus insensible. Bref, on a adoré s’amuser avec eux et leurs donner des bonbons. Ils adorent les chocolats et surtout les Tic Tac !

J’ai eu l’occasion de partager un moment unique avec un groupe d’enfant. Je les ai pris une fois en photo et puis je leur ai montré sur l’écran, ça leur a tellement paru bizarre ou nouveau qu’ils ont rigolé et ont tapé la pose au moins une vingtaine de fois et à chaque fois je leur montrait l’image et ils rigolaient encore plus. Les photos sont magiques et le souvenir de ce moment est inoubliable !

humanitaire-au-vietnam-enfants

Nous sommes ensuite repartis en scooter dans le village où nous avions permis d’apporter l’électricité. Je pense que c’est le village le moins développé que l’on ait visité. Les habitations étaient plus rustres, les enfants souvent à moitié nu et il y avait grâce à l’électricité une télé dans une maison au centre du village offertes par l’association où les habitants se retrouvaient ensemble pour la regarder.

Ils étaient réellement heureux de nous rencontrer, et nous aussi. Le brouillard étant épais et persistant, nous avons décidé d’y retourner en fin de séjour pour mieux visiter ce village.

humanitaire-au-vietnam-accident-scooter

Le lendemain, journée off, on a loué des scooters et nous sommes partis visiter les alentours de Sa Pa, je ne vais pas vous raconter les accidents qui sont arrivés à nos pauvres scooters, mais ce fut sur le coup assez flippant mais au final très rigolo ! Heureusement, on a pas payé trop cher pour les réparations !

On a également randonnée dans la vallée de Sa Pa sous une chaleur étouffante mais ça valait le coup il y avait une jolie cascade et de beaux paysages !

Nos soirées furent aussi mémorables. Il y en a deux dont l’on va se souvenir. La première était avec les curés et beaucoup de monde de Sa Pa. On a tourné à l’alcool de riz toute la soirée, chanté une chanson française pour qu’à leur tour ils chantent une chanson vietnamienne et mangé les meilleurs nems de notre vie cuisinés par un excellent cuisinier de Sa Pa. Le curé à la table où nous étions assis baragouinait trois mots de français, sa phrase favorite : « Un verre, ça va. Deux verres, ça va. Trois verres, bonjour les dégâts! ».

Notre deuxième soirée fut dans un bar où les prix étaient tellement bas que nous avons pu tester une large partie de la carte. En plus, le chef du bar était vraiment au top, il nous a proposé de faire une partie de billard. Et comment dire, il nous a tous impressionné. Il connaissait son billard mieux que personne, il jouait dans toutes les positions en étant sur de faire ce qu’il souhaitait. Bref, une belle rencontre et une belle soirée !

humanitaire-au-vietnam-projet

Après un retour au village de Thon Li par beau temps, où nous avons pu prendre des photos pour notre projet et où on a pris le temps de découvrir les locaux et particulièrement les enfants qui étaient adorables, on est repartis en direction de la gare pour reprendre un train de nuit en direction de la Baie d’Ha Long.

Je m’arrête un peu sur le train car j’ai bien failli ne jamais le prendre, un monsieur de la gare avait vendu nos places à un plus offrant en voyant que nous étions européens. Nous avons réussi à en récupérer deux. Au moment de monter dans le train, je laisse passer les autres (ça m’apprendra d’être gentille) et le monsieur me retient alors que le train commence à démarrer en prétextant que je n’ai pas de billet. J’ai réussi sous le feu de l’action à rentrer dans le train. Bref, je ne sais pas trop ce qui s’est passé mais j’étais un peu choqué de ce comportement !

humanitaire-au-vietnam-baie-ha-long

Une fois arrivés à la Baie d’Ha Long, on a pris place dans notre jonque, on s’attendait pas à un tel luxe, on avait des chambres avec une vue à l’arrière du bateau ! On a eu un peu de brouillard qui a persisté pendant notre séjour mais ça nous a pas tant gêné, ça allait bien avec le décor. En bref, on a eu l’occasion de visiter une grotte, de faire du canoë, de se reposer et surtout de profiter de notre guide francophone qui en connaissait limite plus que nous sur la France et qui était très blagueur !

Le retour à Ha Noi en bus marqua la fin de cette aventure inoubliable tant au niveau humain qu’au niveau culturel. On a adoré et c’est d’ailleurs depuis ce voyage que l’on n’hésite plus à partir car il y a tellement de choses à découvrir !

logo-EDVPour en savoir plus sur l’association Enfants du Vietnam et ses différentes missions, on vous invite a aller jeter un œil à leur site.

 

Et vous, avez-vous déjà vécu une aventure humanitaire au Vietnam ou ailleurs? Pendant notre tour du monde, nous ne sommes pas contre des bons plans pour donner de notre temps.

PS : si vous souhaitez voir plus de photos du Vietnam cliquez ici.

2 Comments

  1. Très bel article !

    Votre experience est vraiment chouette, on a vraiment hâte de découvrir ce pays :-)

    Chloé & Romain

Répondre à Envie d'Ailleurs Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>