Une rencontre inoubliable au Mondolkiri

Situé en altitude (800m), la province du Mondolkiri regorge de trésors. Généralement, les touristes s’y rendent pour randonner dans la jungle sur plusieurs jours, découvrir des cascades mais surtout rencontrer des animaux incroyables : les éléphants.

 

Découverte des environs en scooter

La possibilité de randonner en pleine jungle sur plusieurs jour nous branchait sans plus… Rien que l’idée de dormir avec d’énormes araignées, serpents ou que sais-je d’autre m’a vite coupé l’envie! Je sais, je suis une chochotte…

Bref, pour découvrir les environs depuis la petite ville de Sen Monorom, on a opté pour le scooter. Malheureusement pour nous, se rendre au Mondolkiri à cette époque c’est loin d’être la meilleure saison pour observer des cascades avec un bon débit d’eau. Après, vu que j’adore les cascades, j’ai quand même voulu jeter un coup d’oeil.

 

Première journée : Busraa et Sen Monorom Falls

Première étape à la cascade Bu Sraa qui est assez loin de Sen Monorom (30km), les paysages sont sympathiques quoi que secs à notre passage. La route est en bon état sauf un tronçon d’une petite dizaine de kilomètre en terre cabossée. On a même du traverser une rivière avec le scooter puisqu’un pont s’est cassé, ça a des avantages d’être en saison sèche car il n’y a pas beaucoup d’eau (heureusement)!

Une fois arrivés à la cascade, 2,5$/personne vous seront demandés. Il y avait pleins de locaux présents et on devait être seulement 4 touristes. Le cadre est vraiment sympathique pour un pique-nique. On avait emmené quelques bricoles et complété par du riz à la banane cuit dans des feuilles de bananier vendus sur le parking. Un délice!

La cascade était très jolie et impressionnante. Je n’imagine pas le spectacle que ça doit être après la saison des pluies. Joris a tenté la baignade sous la cascade, il a failli se ramasser avec la force des chutes. J’ai une vidéo très sympa mais je crois que je n’aurais pas le droit de vous la montrer. Ah ah ah!

On a eu l’occasion de rencontrer un guide avec qui nous avons bien discuté, des filles de l’ethnie Bunong sont venus en habits traditionnels prendre des photos devant la cascade, on a pu prendre un cliché avec elle, on était ravis!

Sur le chemin du retour, on en a profité pour prendre pleins de photos, l’occasion de faire des pauses car le scooter ça fait mal aux fesses! Sur le bord de la route, il y avait du poivre en train de sécher, du manioc, des cochons et des petits feux crées par les habitants pour rendre les terres plus fertiles. 

Bien crevés par cette sortie, la journée s’est terminée aux chutes de Sen Monorom juste à coté de la ville. Il n’y avait pas beaucoup d’eau mais le cadre était sympa quoi que très pollué (bouteilles d’eau, papier, sacs plastique, …). Un éléphant attendait des touristes à l’entrée pour leur faire une petite balade, il avait l’air malheureux le pauvre!

 

Deuxième journée : Dak Dam Falls et d’autres que l’on a pas trouvé!

Contents de notre première journée, on avait envie de repartir à la découverte de nouvelles cascades. Malheureusement pour nous, nous n’en avons trouvé qu’une grâce à maps.me (l’application qui nous localise hors connexion), les autres n’étaient pas indiquées.

Sur la route en direction de la première cascade : Dak Dam falls, les paysages étaient différents mais toujours secs. La terre y est rouge et après la saison des pluies les paysages doivent être magnifiques avec les collines verdoyantes. Bref, une fois arrivés à la cascade, des locaux étaient en train de laver leurs motos dans la rivière. On s’est approchés d’eux pour qu’ils nous indiquent le chemin pour descendre au pied de la cascade mais ils nous ont tous snobés. Au bout de 15 minutes, on a vraiment sentis qu’on était pas les bienvenus, on a préféré faire demi-tour. Surtout qu’on osait pas se lancer dans la jungle sachant qu’il y a encore des mines non désamorcées dans cette région…

Les galères s’enchainaient puisque nous n’avions presque plus d’essence. Nous devions rentrer et vu qu’on ne savait pas où était les autres cascades, impossible de se permettre de chercher avec notre niveau d’essence. En rentrant, nous sommes passés au Nature Lodge (un peu loin du centre) pour réserver une journée avec les éléphants. C’est ici que le guide que nous avions rencontré à Bu Sra Falls travaille.

Au final, cette journée n’était pas franchement nécessaire. Etant donné qu’on était en saison sèche, on aurait du s’en tenir à Busra falls qui je pense est la seule où le débit d’eau est encore impressionnant à cette époque. Par contre, vers octobre, novembre, ça doit valoir le coup de partir à la recherche de la moindre cascade pour en prendre pleins les mirettes! 

 

La journée avec les éléphants!

Une journée tout simplement exceptionnelle et inoubliable avec deux éléphants au beau milieu de la jungle du Mondolkiri.

Le sanctuaire du Nature Lodge

Le guide Bunong du Nature Lodge nous a emmené dans le sanctuaire situé près de son village. Chaque famille possède un peu de terre et deux éléphants sont gérés par l’ensemble des familles. Ces deux femelles travaillaient dans une exploitation de bois dans la jungle. Les Bunongs les ont rachetées et s’en occupent avec l’aide d’une association (Leaf) qui gère le sanctuaire.

Elles sont en liberté dans la jungle. La nuit, elles s’en vont parfois loin et les bunongs vont les chercher au matin pour s’en occuper, les nourrir, les laver, tout ça en notre compagnie!

PS : Les Bunong sont une ethnie minoritaire de la région du Mondolkiri, ils utilisent leur dialecte pour communiquer et pour la plupart ne connaissent pas un mot d’anglais et quelques-uns de khmer.

 

Le déroulement de la journée

Notre guide nous a d’abord proposé une petite marche d’environ 1h30 dans la foret et les plantations. C’est l’occasion d’en savoir plus sur sa culture, mais aussi sur l’agriculture locale! Il nous a fait gouté plein de fruits différents et expliqué la culture sur brulis. On a testé les fruits de noix de cajou, c’est vraiment bizarre!

Après cette petite marche, on s’approche du village pour rejoindre les deux éléphants. Quand les éléphants sont arrivés, tout le groupe à fait un grand pas en arrière! Tellement impressionnant! On a fait quelques photos, posé des questions et donné quelques bananes (dont ils raffolent) à ces géants!

Le guide nous emmène ensuite près d’une petite cascade (Romanear 2, on la cherchait le jour précédent donc ça tombait bien), l’occasion de prendre un bain ou d’observer sa manière de cuisiner! Il nous a fait un plat de légumes cuits dans un bambou : un délice! On a même eu droit à une démonstration de fabrication d’objet en bambou.

Après avoir mangé, on a coupé des bananiers à la machette pour nourrir les éléphants. Ils explosent le tronc de l’arbre avec leurs pieds énormes et engloutissent le tout sans réfléchir! Pour finir, on peut laver les éléphants dans la rivière. Ils font trop rire à jouer avec leur trompe en faisant des bulles.

Bon, je me suis quand même fait une petite frayeur. Vous avez du comprendre que j’ai un peu peur de tout… J’ai voulu tenté une approche avec l’éléphant mais elle a senti que j’avais peur et a fait semblant de me mettre un coup de trompe. Je vous jure, c’est super impressionnant mais j’ai plus osé la toucher après… 

Au final cette journée était magique! On en appris beaucoup sur la culture bunong mais aussi sur ces formidables animaux! D’autant plus quand on les voit dans un sanctuaire comme celui-ci qui oeuvre pour leur bien être grâce à l’aide d’une association, on ne peut que vous recommander!

 

Hébergement

A notre arrivée, une dizaine de conducteurs de moto nous attendaient dans l’objectif de nous amener sans payer dans leur hôtel (la plupart sont un peu excentrés). Vu qu’on ne recherchait pas forcément un bungalow mais plutôt un endroit dans le centre où l’on pourrait manger pour pas très cher, nous avons préféré marcher.

Nous avons donc dormi au Sovankiri guest house, les propriétaires ne sont pas les plus aimables du monde surtout si vous ne mangez pas dans leur restaurant (en même temps, il n’y a pas les tarifs sur la carte)! Enfin, seulement 5$ pour une chambre double avec ventilateur et sans eau chaude, on ne va pas se plaindre. 
Il faisait chaud à notre passage, la douche froide était donc la bienvenue mais c’est loin d’être le cas toute l’année!

 

Transport

Depuis Phnom Penh, nous avons pris un minibus jusqu’à Sen Monorom. A notre grand désespoir, il n’y avait pas de bus. Nous détestons les mini-bus car les conducteurs roulent comme des dingues et surtout il n’y a pas de place pour les grandes jambes!
Le trajet nous a couté 11$ et a duré 6h.

A Sen Monorom, nous avons négocié la location de scooter pour la journée à 6$. L’agence est située sur la route principale au niveau d’une patte d’oie.

Notre prochaine étape étant le Laos, nous avons rejoint Stung Treng avant de passer la frontière. Le trajet dure 7h et nous a couté 10$. La première partie jusqu’à Kratie se fait dans un petit bus puis jusqu’à Stung Treng dans un mini bus où nous avons atteint le nombre de 25 passagers (rien que ça)! Une petite altercation avec le chauffeur du mini-bus qui a voulu nous la faire à l’envers pour que l’on paye deux fois puis nous sommes arrivés! C’était pas de la tarte!

 

Il a été difficile de trouver des informations sur les activités au Mondolkiri, on s’y est rendus sans savoir réellement à quoi s’attendre et ce fut une belle surprise.
Dans la majorité, les habitants sont accueillants et souriants, les paysages bien différents du reste du Cambodge, les cascades encore impressionnantes pendant la saison sèche et surtout les éléphants nous ont laissé un magnifique souvenir!

On ne peut que vous conseiller d’y faire un tour. Certains ont testé le trek dans la région?

 

Pour voir plus de photos de la province du Mondolkiri, c’est par ici.

6 Comments

  1. Super expérience ! Bises

  2. Super ! le rêve de voir des éléphants!!!!
    j’avais jamais entendu parler de cette province! vive les blogs voyages et les nouvelles découvertes^^

    • Ah ah ah merci Cécilia!
      Pour rencontrer les éléphants, tu pourras le faire dans d’autres régions et d’autres pays comme la Thaïlande ou même le Laos. En fait le plus reste important reste la protection des éléphants et leur bien-être car beaucoup sont maltraités… :'(

  3. Bonsoir,
    Je pars au Cambodge dans 1 semaine et j’aurais voulu savoir qui vous avez contacté pour faire l’excursion d’une journée avec les éléphants et surtout où aller ? Merci d’avance ! Je me régale avec votre blog et vos articles :)
    Une belle soirée,
    Marie

    • Salut Marie,
      Pour les éléphants au Mondolkiri nous avons contacté Nature Lodge. Ils s’occupent de deux éléphants magnifiques! Une excursion que je te conseille vivement 😀
      En tout cas je pense que tu vas adorer le Cambodge, un pays magnifique et très diversifié!
      Bon voyage et à bientôt! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>