Dans la peau d’un gringo!

Depuis le début de notre tour du monde en Amérique du Sud, nous souhaitions partager avec vous notre état d’esprit vis à vis de nos expériences avec les locaux. Si nous faisons ça, ce n’est pas pour dénigrer telle ou telle personne mais simplement pour expliquer notre ressenti, le partager avec vous et peut-être voir s’il y a d’autres personnes qui pensent la même chose!

 

Pour info : gringo est le terme utilisé pour désigner un touriste (généralement une personne à la peau claire) en Amérique Latine. Il peut aussi être utilisé péjorativement pour pointer du doigt un touriste…

 

Je préfère ne pas parler du Brésil car nous y sommes restés que 10 jours et c’est un peu court pour pouvoir analyser nos échanges avec les locaux même si nous avons fait de jolies rencontres! 

En ce moment, nous sommes au Pérou, nous comptions y rester 2 mois environ car il y a beaucoup d’endroits qui nous intéressent… Le problème est le suivant : nous avons du mal avec la sensation d’être un portefeuille vivant et d’être vu comme un gringo et souvent rien de plus! C’est cette sensation qui nous a amené à faire le point sur nos précédentes rencontres en Bolivie et au Pérou. On ne va pas comparer les 2 pays mais simplement vous partager nos expériences pour que vous puissiez mieux comprendre! 

Quand nous sommes arrivés en Bolivie, nous avions eu la chance de vivre au sein d’une famille bolivienne et de découvrir la culture du pays de manière totalement intégrée, on s’est sentis comme un membre de la famille. C’est sur que ça ne doit pas être facile pour eux car des liens se créent à chaque rencontre mais nous les remercions vraiment car nous avons maintenant une famille bolivienne! Les 3 semaines en leur compagnie sont passées rapidement (entre autre à cause des maladies) mais on le conseille à chacun, c’est une magnifique expérience!

famille-accueil-cochabamba

Par la suite, nous avons eu l’occasion de rencontrer Javier à Sucre! Eh oui, Javier on vous en avait déjà parlé comme un homme avec un coeur gros comme ça et on est pas surs d’en rencontrer à nouveau. C’est devenu un ami qu’on viendra revoir et on espère qu’un jour il viendra en France malgré sa peur de l’avion pour qu’on puisse lui faire découvrir la culture française comme il l’a fait pour nous en Bolivie!

javier-sucre

Ces deux rencontres sont pour nous celles qui nous ont le plus sensibilisées à la rencontre des locaux et qui ont enrichi notre voyage afin de graver des souvenirs à jamais!

Par la suite, nous avons également rencontré des locaux qui nous ont souri, questionné et qui ont partagé un moment avec nous! Ces personnes, nous ne connaissons pas leur nom mais nous ne pourrons pas les oublier grâce au (court) moment passé ensemble! 

Il est vrai qu’en Bolivie, nous avons adoré ce pays notamment grâce aux locaux même s’il y a toujours des endroits où on se sent comme un gringo et pas grand chose d’autre, notamment à Tupiza ou La Paz où les tours opérateurs vous sautent un peu dessus… Mais rien de très énervant!

Avant de partir en tour du monde, on nous avait dit la Bolivie vous verrez les gens sont fermés, n’y restez pas trop longtemps, ça vaut juste le coup pour les paysages… Hum, hum, bon ben ok les paysages sont magnifiques mais les gens ne sont pas TOUS fermés, au contraire!

On nous avait aussi dit que le Pérou était un très joli pays où les locaux étaient très accueillants… Hum, hum, on a une théorie légèrement différente : les locaux sont accueillants c’est vrai mais nous on a eu l’impression qu’il ne voulait accueillir que notre argent… En tout cas, les paysages sont magnifiques, on en a vraiment pris pleins les yeux! Mais on en a un peu marre de cette ambiance, alors au lieu de continuer vers le nord du Pérou, on a décidé de tracer directement au Chili!

Je vais vous expliquer un peu mieux pourquoi! Vous vous souvenez de notre mauvaise expérience à Nazca? Ca vous plairait de donner un coup de main mais de ne pas avoir de remerciement (heureusement, ce n’est pas tout le temps)? Ou encore de vous faire siffler? Ah encore mieux : qu’on vous appelle gringo en face de vous comme si vous n’étiez pas le bienvenu? Ce n’est qu’un aperçu mais au quotidien, nous on en a marre! 

On nous avait dit de ne pas aller sur les iles Amantani du lac Titicaca car elles étaient très touristiques, on aurait mieux fait d’écouter… On est censés dormir chez l’habitant mais je dirais plutôt qu’on était dans un mini hôtel. La dame nous servait simplement à manger, nous proposait d’acheter des bonnets et bracelets et après elle partait manger avec sa famille! Nous étions seuls dans une pièce tandis que la famille rigolait fort en mangeant… On a eu beau s’intéresser, poser des questions. Rien à faire, elle voulait seulement nous vendre ses bonnets ou bracelets…

lac-titicaca

A la fin de notre trek de 5 jours du Choquequirao au Machu Picchu que nous avons terminé à Yanama! Nous avons eu un coup qui aurait pu très mal passer. On s’était levés à 2 heures du matin pour pouvoir être les premiers devant la navette. Joris était malade toute la nuit et on voulait rejoindre une pharmacie au plus vite… Arrivés devant le combi, je demande au conducteur si nous pouvons rentrer mais il nous répond que pour le moment ce n’est pas possible. On ne comprend pas tout de suite pourquoi mais en gros un autre homme nous explique qu’il n’aime pas trop les gringos et préfère remplir le combi de locaux avant les gringos…. On a eu très peur mais heureusement il restait des places. Au moment de payer, il nous a bien sur demandé 40S au lieu de 30S, nous n’avons payé que 35S. Rassurez-vous, il n’y a pas de chauffeur fixe depuis Yanama!

Une autre mauvaise expérience nous est arrivés dans le bus de Cuzco à Ayacucho! Nous avions payé 60S pour un cama car soi-disant il ne restait que ça. L’homme nous avait montré les fauteuils en photo. Bref, tout paraissait bien! Sauf qu’une fois dans le bus, on s’est retrouvés dans un fauteuil semi-cama. Jusque là, on se dit bon ben tant pis, on s’est fait avoir! Mais quand à 4 heures du matin, le bus s’arrête et nous jette dans un collectivo pour les 6 heures restantes de voyage avec des locaux qui n’hésitent pas à prendre la moitié de votre fauteuil… Là, ça ne passe plus surtout quand on est pas prévenus…

A Quinua, nous avons aussi eu quelques mauvaises surprises, entre l’accueil un peu froid de la propriétaire, les innombrables fois où les gens nous montrent du doigt en disant gringos et surtout le vol d’objets et d’argent dans le local de la ludothèque par des jeunes avec qui nous avions sympathisé au début de notre séjour… Heureusement, notre expérience fut réconfortée par plusieurs personnes qui nous ont ouverts leurs portes, on a passé de sacrés bons moments grâce à eux : Merci!

quinua-peintures

Voila, vous en savez plus sur notre expérience avec les locaux en tant que gringos. On avait besoin de partager notre point de vue pour savoir si c’est tout le monde pareil ou alors si nous n’avons vraiment pas eu de chance… Peut-être qu’on reviendra au Pérou car le Nord du pays nous attire beaucoup mais on préfère attendre un peu, le temps de se remettre!

 

Et surtout, on s’est rendus compte d’une chose : peut-être que nous n’avions pas pris conscience de la richesse de nos premières rencontres car nous n’avions pas encore de comparaison et qu’on a attaqué fort dès le début. En tout cas c’est sur, elles font pleinement partie de notre voyage et on ne pourra jamais les remercier assez!

14 Comments

  1. expérience un peu similaire à Port Louis pour le bus : payer plus chère ,et puis un taxi pour la journée roulant sur le frein pour éviter de faire trop de kilomètres dans sa journée , mais vu la situation sociale de la population là-bas , c’est pas étonnant ! Ils savent qu’on a déjà payer l’avion pour venir jusqu’à eux et pour cela certains n’hésitent pas mais heureusement tout le monde n’a pas le même état d’esprit , on rencontre aussi des gens forts sympathiques

    • Salut Guy, on comprend totalement ton point de vue. C’est vrai que parfois il faut accepter d’être une tirelire mais quand c’est tous les jours, ça devient pénible! Et puis, je pense que si personne ne dit rien, pourquoi ils arrêteraient….

  2. Il est vrai que être pris pour une tirelire ne fait jamais plaisir mais il faut se souvenir que dans nos stations balnéaires telles que le GRAU DU ROI LA GDE MOTTE etc…… nos commerçants font leur vendanges sur le dos des touristes et la plupart du temps sans le sourire même commercial Eux ont au moins une excuse ils sont pauvres et leur seule ressource est le tourisme

    • Oui c’est vrai mais les prix sont le plus souvent fixes et pas à la tête du client… On est conscients que ce sont des pays moins développés mais cela ne leur fait pas une « bonne pub » d’agir ainsi… Alors qu’il y a des personnes extrêmement accueillantes et droites dans tous les pays!

  3. Salut vous 2!

    Un petit mot pour vous dire que l’on partage votre sentiment… Nous étions en Bolivie et au Pérou il y a 5 ans : nous avions adoré la Bolivie pour les contacts que l’on a pu avoir avec les gens et pour les paysages bien sûr, mais le Pérou…. Bien que nous ayons pas vécu toutes vos mésaventures, ce sentiment de billet ambulant, on l’avait ressentit… Nous n’y avions pas fait de mauvaises rencontres mais bon, sans plus… Enfin, on espère vraiment que le Chili vous plaira davantage et on attend de lire vos impressions au plus vite!!! Have a nice and safe trip!

    • Salut Audrey, ça nous fait plaisir que d’autres partagent notre avis! On avait un peu peur en publiant cet article qu’il soit mal accueillit, mais d’avoir des voyageurs qui ont vécu la même expérience nous conforte dans cette idée de billet ambulant comme tu dis :)
      On espère quand même retourner au Pérou pour visiter le nord du pays qui a lui aussi l’air incroyable!

  4. Je suis vraiment surprise par ce que j’ai lu, c’est dommage, vraiment une série de malchances simplement. Parce que bon, pour être gringa et y vivre, j’ai quand même quelques expériences ^^ et c’est vrai qu’il faut se méfier, mais je n’ai jamais vécu autant d’incidents. Des fois, les astres ne sont simplement pas alignés et il faut passer à autre chose, ça m’est arrivé pour d’autres raisons dans d’autres pays.

    • Salut Leslie, c’est vrai qu’on pense que dans tout voyage il y a une part de chance qui intervient et notamment sur les rencontres. On a pas eu de chance peut-être, ou alors on en attendait trop après la Bolivie je ne sais pas… En tout cas ton commentaire nous encourage à revenir dans quelques années pour visiter d’autres parties moins touristiques de ce pays aux paysages si incroyables! :)

  5. J’avoue que ce n’est pas agréable du tout… Mais je pense que c’est l’accumulation de mauvaise expériences/rencontres qui font que « ça en est trop » à un moment… J’espère que le reste du périple sera plus agréable^^

    • La chance joue un rôle important dans un voyage, on en a peut-être tout simplement pas eu beaucoup au Pérou…
      On y reviendra surement pour visiter d’autres parties du pays dans quelques temps car les paysages valent le détour! Mais les rencontres et l’ambiance qu’on ressent dans un pays prennent souvent le dessus sur les paysages, surtout quand on se sent oppressés comme c’était le cas pour nous!
      Pour l’instant le Chili est plus qu’agréable :D! On espère que ça va durer 😉

  6. C’est étonnant comme on entend tous types de commentaires sur ce pays. J’ai une copine qui a vécu au Pérou l’espace de 4 mois pour travailler auprès d’une asso, dans des campagnes très pauvres et elle n’a eu aucun soucis. Pour autant quand on lit votre article, on ressent vraiment l’accumulation des mauvaises expériences. Est-ce que ce ne serait pas dû à l’effet « sac à dos » et voyageur? Qu’est ce que ce sera avec un vélo…!
    Merci pour tous vos articles et votre partage mes loulous !!

    • Salut Sandra!
      Oui c’est vrai on a aussi un peu tout entendu sur le Pérou. Je pense que la chance joue un rôle primordial dans l’idée qu’on va se faire d’un pays. Si on a la chance de rencontrer les bonnes personnes, le ressenti est tout de suite meilleur car l’essentiel dans le voyage, ce sont les rencontres. On a peut-être tout simplement pas eu de chance cette fois-ci…
      Haha, avec le vélo oui ça peut être drôle! Mais bon, je pense quand même que ça les intriguera, puis quand tu dis que tu voyages uniquement en vélo, ça force le respect! 😉
      Bises de Sydney! A très bientôt!! 😀

  7. Et bien, voilà une accumulation de mauvaises expériences dites donc… Nous avions eu un peu ce sentiment de porte-monnaie sur pattes lors de notre séjour dans le sud du Pérou en 2012 (surtout à Cuzco, c’était hyper pénible…), mais ce n’était pas au point de ce que vous avez vécu. Nous y retournons dans quelques mois pour visiter le nord du pays cette fois, on verra comment ça se passe…

    • Nous avions aussi prévus de passer quelques semaines dans le nord mais après toutes ces expériences, on a quitté le pays précipitamment car on avait vraiment marre…
      Ce sera pour une prochaine fois sans doute 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>