A la rencontre des femmes araignées!

Lors de notre séjour à Mrauk U dans l’Ouest de la Birmanie, nous avons eu l’opportunité de partir une journée dans l’Etat Chin, à quelques heures de bateau de la ville. L’excursion permet de rencontrer les habitants de cette région isolée et notamment les femmes araignées.

 

Qui sont les femmes araignées?

Les femmes araignées sont des femmes au visage tatoué. Elles sont toutes assez âgées car cette coutume a été interdite dans les années 60. On vous explique toute l’histoire!

Lors de l’âge d’or de Mrauk U à partir du XIIIème siècle, l’Etat Rakhine était très puissant. Ses Rois et Princes convoitaient les femmes des Etats voisins. Les Chins voulant protéger les leurs, ils ont crées cette tradition hors du commun.

Pour évitez les convoitises, les jeunes filles étaient tatouées au visages dès l’âge de 10 ans, voire moins. Elles étaient enroulées dans un tapis de manière à ce qu’elles ne puissent plus bouger les bras et les jambes et leur père les tatouaient avec des aiguilles en bambou sur toute la surface du visage, en partant du nez et en formant des lignes circulaires de plus en plus grandes jusqu’à atteindre les pourtours du visage.

femme-tatouee-nb-une

Le gouvernement birman a finalement interdit cette tradition barbare dans les années 60 avec l’appui de missionnaires chrétiens. C’est pourquoi seules quelques grand-mères âgées portent toujours les stigmates de cette coutume passée.

NB : Nous avions lu et entendu que certaines étaient très fières de leur tatouage ou encore que cette coutume était devenu un symbole de beauté pour les femmes qui demandaient dès leur plus jeune âge à être tatouées. Ce n’était pas du tout le cas de celles que nous avons rencontré. Elles avaient honte et avaient toutes été tatoué de force. Un petit compliment et un sourire leur fera toujours plaisir quand elles vous diront qu’elles se trouvent laides.

 

La déroulement de la journée

Dans le bus pour Mrauk U nous avons rencontré Yolanda et Marcel, un couple de hollandais qui venaient pour la deuxième fois en deux ans dans la région. Ils nous ont proposé de passer la journée ensemble avec un guide qu’ils avaient apprécié (on peut vous transmettre ses coordonnées)

Connaissant la situation des villages, ils nous ont aussi proposé d’acheter des fournitures scolaires pour les écoles, un petit projet qui ne pouvait pas mieux nous convenir!

Nous voilà donc partis au marché dès 7h du matin pour faire nos courses! Des cahiers, des stylos, des feutres, des dictionnaires, etc. Le guide a acheté quelques cadeaux pour les enfants : des ballons et des bonbons!
Moment de surprise lorsque nous avons voulu acheter des feutres car le guide n’en connaissait pas l’utilité!

Ensuite, on a pris la route jusqu’au fleuve pour enchainer 2 heures de bateau jusqu’au premier village! La visite permet de découvrir quatre villages différents :

Jet Choang

Le premier village (Jet Choang) que nous avons visité était assez petit. Il n’y avait pas d’école et une seule femme tatouée, c’est surement pour ces raisons que nous avons adoré! Peu de touristes viennent ici et les rencontres sont d’autant plus spontanées.

Je vous avoue que la rencontre avec la première femme tatouée nous a bouleversé. On s’est sentis à la fois honorés de pouvoir la rencontrer mais nous étions également tristes en s’imaginant ce qu’elle avait pu ressentir. La rencontre était timide mais elle était contente de pouvoir partager son histoire avec des étrangers.

 

San Kyaw Kyo

Depuis le village précédent nous avons marché quelques centaines de mètres pour rejoindre le second (San Kyaw Kyo), ce qui nous a permis d’observer la vie dans les champs. A notre arrivée, tous les enfants étaient intrigués. Nous avons filé vers l’école très rudimentaire et offert les premières fournitures scolaires. C’est le village qui en avait d’ailleurs le plus besoin!

Quel bonheur d’être reçus par des sourires et des cris de joie des enfants! On a passé du temps à s’amuser avec eux. D’ailleurs ils adorent qu’on les prennent en photo et qu’on leur montre, ça les rend hystériques! Les enfants n’ont pas beaucoup de jouet et souvent les fabriquent eux-mêmes avec des bouts de bois mais ça ne les empêchent pas du tout d’être heureux, bien au contraire!

Une femme tatouée était également présente mais n’a pas souhaité prendre de photo. Le contact a été furtif et on a ressenti qu’elle avait honte. Au fond nous pouvons la comprendre mais franchement leurs tatouages sont jolis. D’ailleurs, avec le temps ils se sont estompés, ça devait être bien plus dur à porter lorsqu’ils étaient foncés à leurs jeunes âge.

 

Kone Choang

En remontant encore un peu plus le fleuve nous sommes arrivés au village de Kone Choang. Les habitants taillent des bambous pour les expédier sur la rivière vers les villes en aval pour la construction. C’est très impressionnant de les observer empiler et classer les bambous. Ils construisent ensuite des radeaux géants où les transporteurs passent plusieurs jours dans une petite cabane jusqu’à leur arrivée au lieu de livraison.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer les professeurs de l’école qui était moderne et beaucoup plus grande, mais aussi plus bruyante! Toutes les tranches d’âges sont dans la même pièce et les petits font un vacarme pas possible! On a eu l’impression que l’école était plus une garderie, les échanges auront été beaucoup plus furtifs avec les enfants dans ce village.

C’est ici que nous avons fait la rencontre d’une autre femme tatouée. Elle vit seule et n’a plus de famille à ses cotés. Elle consacre son temps à aider sa communauté en fabriquant des objets en bambou mais également en s’exhibant pour développer le tourisme dans son village.

 

Cho May

Pour finir la journée, le bateau revient vers Mrauk U et fait un dernier arrêt dans le village de Cho May où plusieurs femmes tatouées vivent. Leur rencontre était d’autant plus intéressante qu’elles se souvenaient très bien du couple hollandais! Elles nous ont invité à boire le thé mais surtout les échanges de sourires et d’émotions étaient là!

L’école était là aussi très bruyante, encore plus que la précédente et ils étaient déjà bien équipés. Une association italienne a déjà fait don de tables, chaises, tableaux et autres équipements scolaires! On a eu la chance de pouvoir observer un cours d’anglais mais difficile de comprendre la traduction en birman!

PS : Dans ce village vivent deux soeurs tatouées qui adorent la pastèque! Les Chins n’en produisent pas donc si vous souhaitez leur faire un petit cadeau de Mrauk U, une bonne pastèque leur fera très plaisir!

 

Notre ressenti sur la journée

Avant de nous rendre dans ces villages, nous hésitions car nous avions l’impression de voyeurisme. Malgré cette sensation, notre curiosité était piqué à vif et nous voulions jeter un coup d’oeil. 

Concernant la prise de photos, nous avons de manière générale « peur » de photographier des personnes. Finalement, nous avons pu immortaliser de jolis sourires grâce à notre guide qui demandait en birman l’accord de la personne.

Le fait d’avoir contribué à notre niveau au développement des écoles a permis un contact plus facile avec les habitants qui étaient touchés par le geste. 

Quant aux femmes tatouées, elles aident pour la plupart leur communauté et sont contentes de faire visiter leur village aux touristes. Comme quoi le tourisme a des bons cotés!

La rencontre avec les villageois notamment les enfants nous a rempli de joie, les échanges étaient forts en émotions et sans retenue.

 

Cette journée nous a marqué et fait partie de nos meilleurs souvenirs pendant ce tour du monde. Nous nous sentons chanceux d’avoir pu rencontrer ces habitants qui ont la main sur le coeur! On ne peut que vous le conseiller!
Et vous, vous avez déjà eu l’occasion de visiter les villages Chin?

8 Comments

  1. Bonjour,
    ravi d’avoir eu le temps de lire vos commentaires sur la Birmanie. Je ne connaissais pas les femmes araignée mais plutôt les femmes girafe en Birmanie , enfin Thailande maintenant je crois ! pas certaine !
    bonne route pour la suite !

    • Bonjour,
      En effet il y a aussi des femmes girafe en Birmanie et en Thaïlande :)
      Leur histoire est tout aussi horrible. D’autant plus que cette tradition était sur le point de s’arrêter et qu’elle a été remise au gout du jour pour le tourisme…

  2. Nous avions aussi rencontré les femmes chin lors de notre séjour au Myanmar, un superbe souvenir et de beaux moments de partage ! Jolies photos !!
    http://au-bout-du-monde.fr/?trip=myanmar-2016

  3. Je n’avais jamais entendu parler de ces femmes….Quelle histoire douloureuse…

  4. Bonjour, ravis d’entendre plein de belles choses sur cette excursion que nous hésitons à faire. Avez vous les coordonnées de votre guide ? et le tarif à la journée ? Merci beaucoup

    • Salut Lisa,

      Pour les coordonnées du guide, c’est une de ces deux adresses mail : tharkyawmrauku2015@gmail.com ou uthanlwin3@gmail.com
      Si jamais il ne répond pas, tu peux le trouver dans une galerie d’art entre les deux temples principaux de la ville (accessibles à pied depuis n’importe quel hôtel) : la paya Dukkanthein et la paya Shittaung!

      De mémoire nous avons payé 25 000kyats chacun pour cette journée tout compris (transports, guide, repas) mais il me semble qu’il est possible de partager avec un groupe jusqu’à 6 ou 8 personnes pour environ 15000kyats/personne. Tous les hôtels de la ville vous le proposeront!

      J’espère avoir répondu à tes questions.
      A bientôt et bon voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>